L’underdog bourguignon en blanc sec

9 mars 2012

M A C O N – V I L L A G E S – P R E S T I G E – 2 0 1 0 – D O M A I N E  M A R T I N

Des grands Bourgognes blancs j’en ai connus, dégustés et même vendus. Que se soient des Meursault ou bien des Chablis de chez Grossot. Si ces dernières années des critiques ont été émises (notamment par la Revue des Vins de France ») sur des techniques de vinification  peu orthodoxes qui entrainaient une sorte de castration de l’expression gustative des vins (je parle des vins pommadés) il n’en demeure pas moins que pour un vieux loup de mer de l’océan vineux, que les meilleurs chardonnay sont » ad vitam eternum » issus des terroirs bourguignons. Ce qui actuellement me chiffonne le plus, c’est que si la passion existe, à un moment donné le portefeuille du client ne suit plus. Et que fait alors celui-ci, il va chercher et acheter le flacon de chardonnay dans d’autres régions vinicoles de France ou bien carrément se tourner en direction des pays producteurs du Nouveau-Monde ou les prix pratiqués sont vachement plus raisonnables. Mais il faut bien l’avouer dans la catégorie de prix qu’il veut bien octroyer à sa passion il rencontrera plus des ersatz que des nectars. Mais l’individu est ainsi fait, qu’il a toujours tendance à aller regarder ailleurs, alors qu’il sait trouver son bonheur derrière le coin. Cela fait déjà 3 millésimes que je fais confiance au même domaine (certains diront qu’il s’agit déjà d’un réel exploit) qui se situe sur la frontière du côté de Leynes entre Maconnais et Beaujolais. Les raisins de cette belle cuvée proviennent quant à eux des terroirs de la commune de Prissé.                                                                                                                                              Ce qui me plaît avant tout dans ce 2010 c’est son expression, moins floral que son prédecesseur le 2007 mais avec un côté plus sec en attaque, plus bourguignon. Pas de « platitude », ni de mollesse, ni cette pointe de poivre blanc un tantinet trop corsé que l’on peut trouver dans certains chardonnay d’Oc ou chez les Sud-américains. Il possède du corps, de la matière et une structure presque tannique, un jus épais mais tendre tout-à-la-fois. Il se signale actuellement par des nuances allant de la prune jaune en passant par la banane et un peu plus tard par des nuances de pêche et de litchie, mais la dominante est celle d’agrumes. En principe il connaîtra un soupçon de noisette plus tard dans son évolution et son vieillissement en bouteille.                                                                                                                                                Ce sacré « gredin » possède du coffre et son potentiel de garde (sans vouloir jouer les Nostradamus) pourrait bien aller au-delà des trois ans.                                                                              Mais la question à quatre sous que me posera le « cordon bleu » en jupe ou en pantalon (bien que de nos jour…) enfin quoi ! le chef dans la cuisine ! est la suivante avec quel plat pourra-t’on le plus harmonieusement possible l’accoupler ? : sans être exhaustif, ni prétentieux, je l’accorderais volontier dans le désordre à du saumon fumé, du homard à l’américaine, des viandes blanches (eh oui !), et en saison à des terrines de gibier. Il contrecarra efficacement dans un plat  la dominance de la tomate.                                                 Un vin qui en n’a pas douter vous bottera  à la fois tant par son prix abordable que par son intrinsèque qualité.

P.S. : Ce vin comme bien d’autres sont à découvrir notamment lors des dégustations à la »Cave de l’Hof-Ten-Berg » 37 ( à 1640- Rhode Saint-Genèse).                                                    Contact et renseignements complémentaires au numéros de téléphone suivant :

                                                                                               0484 38 2851

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le rouge est de mise : Côtes du Rhône – Cru Lirac

14 février 2012

Cru Lirac – 2009 – mise de domaine

INTRODUCTION

Nul n’est dans mon intention  de vous décrire une savante description , ni appendice historique du cru Lirac. Cru situé dans la partie Méridionnale des Côtes du Rhône, un terroir de la rive droite du Rhône (fleuve) faisant face de l’autre côté de la rive au célèbre C ru de Châteauneuf-du-Pâpe, il jouxte également l’appellation d’un des plus célèbre rosé du monde : le Tavel ; j’ajouterai encore que ce Cru se situe non loin de la  ville d’Avignon (célèbre pour son Palais des Pâpes et son festival annuel de théâtre). Il connaît un climat plutôt sec accompagné dans ses périodes estivales de moments de fort ensolleillement et de chaleur intense, le niveau de la pluviosité est plutôt vers le bas, en outre son terroir est régulièrement balayé par le vent Mistral qui peut connaître des pointes de 97 à 118 Km/H. Son sous-sol sans entrer pour cela dans les détail est principalement constitué de galets roulés et d’argile rouge.

ANECDOTE

Peu de gens le savent, un fait qui de nos jours est plutôt passé sous silence, c’est qu’il y a bien longtemps c’est dans ce cru qu’est apparu pour la première fois le Phyloxera : puceron parasitaire s’attaquant aux vignes. Ce dernier déclenchera une des plus grande crise que connaîtra la vituculture en se propageant à une vitesse folle et en  dévastant  une grande partie du vignoble français.

MON VIN

ASSEMBLAGE DE : 60 % GRENACHE/30 % SYRAH/5% CARIGNAN(élevé en Côtes)/5% MOURVEDRE  (raisins)

DESCRIPTION DU VIN

Robe  : concentrée/un brin austère/bel éclat lumineux

Nez : fruits mures/terroité/fruits à l’eau de vie

Goût : raisin de corinthe/cassis/ »Jefkes » à la sauce café

Structure : petite matière coulante/ample/ juteux/fruité tout en fraîcheur 

Expression: finesse/élégance/terroir malgré tout/caractère/longueur/une certaine puissance mais joliment contrôlée.

Finale : se termine sur une note mokassée

Conclusions : Vin de terroir tout en élégance exprimant une certaine classe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rectification du précédent article

4 janvier 2012

Lors du précédent billet  2 fautes de frappes se sont insérés il s’agit d’escroquerie pure et simple. Merci  de votre compréhension .

 

 

 

le chant des vignes

3 janvier 2012

Le mois de décembre est un mois prépondérant pour le caviste-négociant en vin que je suis. Les principales leçons que l’on peut en tirer c’est que jusqu’à Noël les ventes ne furent point mauvaises que du contraire aidé en cela par des conditions climatiques exceptionnellement douces et clémentes  pour un … hiver, ce n’est surement pas moi qui vais m’en plaindre. L’on ne peut que constater qu’à Noêl l’on partage  au sein de sa famille « encore » une bonne bouteille de vin. La semaine du Nouvel An est par contre d’ordinaire toujours un peu plus calme, se fut même à mon grand désapointement plus que calme… ! Je suis situé dans une commune qui à la réputation d’être riche, malheureusement comme beaucoup d’endroit en Belgique nous sommes submergés par la la grande distribution de tout poil ainsi l’on peut dénombrer 2 Colruyt à 1 km à vol d’oiseau, un carrefour, un des plus grand delhaize de Belgique et en plus nec plus ultra l’on est gratifié de 2 hyper-dicounters allemands aldi et lidl, bref rien que de la joie. Cela fait quasi 25 années que je suis dans la vente du vin de qualité à des prix abordables plus que raisonnables et ce malgré de régulières augmentations de prix de la part  des fournisseurs-producteurs de vins. L’irrationalité du consommateur de vins, je connais, mais dans beaucoup de cas il me surprendra toujours, ainsi beaucoup le jour d’aujourd’hui préfère la quantité en regard avec  l’argent budgetisé pour l’achat du vin, que la qualité et l’authenticité du produit comme quoi le véniel passe bien souvent avant la bonne santé, l’intelligence et la sagesse (mais cela c’est un grand problème de notre  actuelle société). Certains d’entre-vous peuvent  me classifier dans la catégorie des radoteurs de service, libres à eux de penser ce qu’ils veulent  nous vivons encore en principe dans nos contrées dans une démocratie. Mais pour illustrer ma démonstration, je pourrai cité un exemple : invitez chez des connaissances l’on m’offrit un verre de bulles dont l’étiquette mentionnait « Champagne », quelquechose dans le genre de « Champagne Millé »  dont la noblesse d’origine provenait plus que probablement d’un rayon « liquides » de la grande distribution mais qui s’inscrit  dans la mouvance du bas de gamme, vous savez ces « champs » hyper bon marché, il est vrai que je m’attendais pas à du nectar mais quand même ! Ce vin (eh oui le champagne c’est du vin) avait la structure hyper légère, assez court dans son arrière-goût, l’on ne peut pas dire que les bulles faisaient la fête dans mon verre et le soi-disant « Brut » était escamoter dans une nuance doucereuse muscatée qui me faisait penser à du petit « Asti »italien, mais à la différence de ce dernier, vous n’auriez j’amais payé  pour un tel niveau de produit entre 10 et 15 €, comment un tel produit peut-être labelisé dans la Classe de « A.O.C. c’est vraiment de l’escroqerie pur et simple. Aujourd’hui il s’agissait d’un billet d’humeur, je vous souhaite néanmoins aux partisans ou détracteurs  une bonne et heureuse nouvelle année.

                                                                                          Bien à vous.

                                                                                        Guy DE CLERCQ                                                                                            P.S.  Pour ceux qui veulent rejoindre le « mouvement de libération du bon vin » veuillez me rejoindre à la »CAVE de l’ HOF-TEN-BERG » hof-ten-berg 37 /  1640 – Rhode Saint Genèse/ Sint Genesius Rode / contact  au numéro de téléphone suivant  0484  38 28 51

 

 

 

 

s

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonjour tout le monde !

4 septembre 2011

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.